Vous êtes ici

SOCIÉTÉ ANATOMIQUE DE PARIS : SÉANCE DU 24 JANVIER 2020

×

Message d'erreur

  • Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans _menu_load_objects() (ligne 569 dans /var/www/html/campusanatomie/includes/menu.inc).
  • Deprecated function : Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor dans require_once() (ligne 3157 dans /var/www/html/campusanatomie/includes/bootstrap.inc).
Portrait de Secrétaire Général Collège
Date: 
Vendredi, 24 Janvier, 2020 - 06:00

Programme de la séance de la Société anatomique de Paris du vendredi 24 janvier 2020
[salle Giroud (3e étage) à 17h00 ; communications de 10 minutes suivies de 10 minutes de discussion].
----------
1 - Jean-Marie LE MINOR (Institut d'anatomie, CNRS UMR 7357, Faculté de Médecine & Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Service de neuroradiologie, d'imagerie ostéoarticulaire et interventionnelle, CHU, Strasbourg) 

Autour du 350e anniversaire de la création de l'amphithéâtre d'anatomie de Strasbourg
(1670-2020)

About the 350th anniversary of the anatomical theatre of the Faculty of Medicine at Strasbourg (1670-2020)
En 1652, l'enseignement de l'anatomie était officiellement individualisé à Strasbourg par la création à la Faculté de médecine – en plus des chaires de médecine théorique et de médecine pratique y existant depuis l'origine – d'une troisième chaire consacrée à l'anatomie et à la botanique. Le premier titulaire en fut Johann Albrecht Sebiz (1614–1685), membre d'une grande dynastie médicale et universitaire strasbourgeoise. Strasbourg était alors une ville libre impériale [Freie Reichstadt] du Saint-Empire romain germanique, de confession luthérienne, et pratiquant la langue allemande ; ce n'est qu'en 1681 que Strasbourg devint une ville royale française sous Louis XIV.
Un amphithéâtre d'anatomie [Theatrum anatomicum] fut créé en 1670 par la ville de Strasbourg. Il fut installé dans le chœur de l'ancienne chapelle Saint-Erhard, attenante au Grand hôpital de la ville [Hôpital des bourgeois, Burgerspital], qui avait été sécularisée lors de la Réforme, et servait depuis d'entrepôt, en particulier pour le bois de chauffage. Le choix de cet emplacement fut motivé par la situation optimale pour la fourniture des corps et le coût minimal de leur transport. La chapelle était alors surmontée d'un campanile – à la silhouette très caractéristique sur les anciennes vues gravées de la ville – qui fut supprimé lors de la reconstruction de l'hôpital après le grand incendie de 1719 ; des vestiges ont pu toutefois en être retrouvés dans les combles.
Parmi les premières dissections, figura celle d'un nouveau-né bicéphale (thoracodyme simèle), né en 1672, qui fut l'objet de thèse de doctorat en médecine de Johann Conrad Brunner (1653–1727) soutenue à Strasbourg en 1673 ; J.C. Brunner, nommé professeur d'anatomie à Heidelberg en 1687, resta notamment célèbre par la description des glandes de la sous- muqueuse du duodénum [glandulae duodenales, dites glandes de Brunner], qu'il décrivit en détail après la découverte qu'en avait faite son beau-père Johann Jacob Wepfer (1620–1695).
Cet amphithéâtre connut, dès son ouverture, une intense activité, attirant moultes spectateurs et étudiants de l'Europe entière. Parmi les illustres étudiants de l'école anatomique strasbourgeoise de l'Ancien Régime, figure Johann Wolfgang Goethe (1749–1832), qui, lors de son séjour à Strasbourg en 1770/1771, suivit les cours d'anatomie de Johann Friedrich Lobstein [dit l'Ancien] (1736–1784), professeur d'anatomie de 1768 à 1784, et assista à des dissections dans l'amphithéâtre d'anatomie ; à ce propos, Goethe n'oublia pas de relate, bien plus tard, dans ses mémoires "Dichtung und Warheit" ["Poésie et Vérité"] : "...j'attachais un double prix à l'anatomie, parce qu'elle m'apprenait à supporter l'aspect le plus repoussant en même temps qu'elle satisfaisait le désir de m'instruire...".

Cet amphithéâtre de 1670 resta en fonction jusqu'en 1877 – soit presque exactement deux siècles – année de l'inauguration du nouvel Institut d'anatomie [Anatomisches Institut], construit, après l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne, dans le cadre de l'Université wilheminienne de Strasbourg [Kaiser-Wilhelms-Universität]. En 1888, les locaux de l'ancien amphithéâtre furent totalement réaménagés pour y installer la chapelle protestante de l'Hôpital civil, inaugurée en 1889, et qui y est toujours située. Parmi les rares témoins de l'ancien passé anatomique prestigieux de ces lieux, figurent le cartouche de la porte d'entrée extérieure de l'amphithéâtre – aujourd'hui murée – datée de MDCCXL [1740], et, à l'intérieur de la chapelle, la plaque commémorative de Philip Heinrich Boecler (1718–1759), professeur d'anatomie à la Faculté de médecine de Strasbourg de 1756 à 1759.
Mots-clés : histoire de l'anatomie, amphithéâtre d'anatomie, dissection, autopsie, enseignement, Universités, Alsace.
Références :
1. Le Minor JM. Les sciences morphologiques médicales à Strasbourg du xve au xxe siècle. Presses universitaires de Strasbourg éd., Strasbourg, 2002 (552 p.).
2. Le Minor JM, Sick H. "The chair of anatomy of the Faculty of Medicine at Strasbourg : 350th anniversary of its foundation (1652–2002)", Surg. Radiol. Anat., 2002, 24: p. 1–5.
3. Le Minor JM. "Naissances monstrueuses à Strasbourg au XVIIe siècle", Ann. Amis Vieux-Strasbourg, 1994, 23: p. 41–63.
4. Le Minor JM. "Vestiges du campanile de l'ancien hôpital civil de Strasbourg incendié en 1719", J. Hôp. Univ. Strasbourg, 1997, 62: p. 8–9.
5. Le Minor JM. "Reconstitution du texte martelé du cartouche de l'ancien amphithéâtre anatomique de Strasbourg (1740)", J. Hôp. Univ. Strasbourg, 1994, 51: p. 12–13.
6. Le Minor JM. "La plaque commémorative du professeur d'anatomie strasbourgeois P.H. Boecler (1718–1759)", J. Hôp. Univ. Strasbourg, 1995, 56: p. 6–7.

----------
2 - Pierre de MATHELIN, Pietro ADDEO, Philippe BACHELLIER (Service de chirurgie hépatique, biliaire, pancréatique et de transplantation hépatique, Hôpital de Hautepierre - CHRU, Strasbourg)

Prévention de l’hypertension portale gauche après duodénopancréatectomie céphalique avec résection veineuse par dérivation splénorénale gauche : évaluation de son efficacité par volumétrie splénique
The left splenorenal venous shunt prevents sinistral portal hypertension associated with splenic vein ligation during pancreaticoduodenectomy with venous resection
Introduction : Au cours d’une duodénopancréatectomie céphalique (DPC) avec résection veineuse du confluent spléno-mésenterico-porte (SMP), la ligature de la veine splénique peut occasionner le développement d’une hypertension portale gauche. La dérivation veineuse splénorénale gauche semble contribuer à prévenir ce phénomène, mais son efficacité n’est pas démontrée.
Objectifs : Évaluer par la quantification du volume de la rate (= volumétrie splénique) avant et après l’intervention, l’efficacité de la dérivation veineuse splénorénale gauche termino- latérale en comparaison avec les autres modalités de gestion de la veine splénique après duodénopancréatectomie avec résection veineuse, en terme de réduction de l’hypertension portale gauche secondaire.
Matériel et méthodes : Au total, 86 patients, ayant eu une DPC avec résection du confluent spléno-mésenterico-porte entre janvier 2012 et décembre 2018, ont été étudiés. Le volume splénique a été évalué, de manière rétrospective, sur les scanners préopératoires (premier bilan = examen "baseline"), puis sur les scanners réalisés à 7 jours et à 90 jours. Les mesures ont été quantifiées en cm3 (étant donné la densité de la rate, 1 cm3 = environ 1 ml). Deux groupes ont été définis selon la gestion de la veine splénique : 1°) dérivation veineuse spléno-rénale latéro- terminale gauche ["groupe S-VRG" ; n = 57] ; 2°) ligature en aval de la convergence spléno- mésentérique inférieure (n = 22) ou anastomose entre la veine splénique et la veine mésentérique inférieure (n = 7) ["groupe S-VMI" ; n = 29].

Résultats : Les valeurs initiales préopératoires ("baseline), à 7 jours (= une semaine), et à 90 jours (= trois mois) révélaient une augmentation significative du volume splénique dans le groupe avec ligature en aval de la convergence spléno-mésentérique inférieure ou anastomose entre la veine splénique et la veine mésentérique inférieure (groupe "S-VMI") [245 / 261 / 297 cm3 ; + 28,9 / + 28,3 / + 1,7 % ; p = 0.0002), par rapport au groupe avec dérivation veineuse spléno-rénale latéro-terminale gauche (groupe "S-VRG") [219 / 249 / 205 cm3 ; + 1,0 % / –10,3 / –15,6 % ; p = 0.001). Un patient du groupe "S-VMI" a présenté une hémorragie digestive comme conséquence d’une hypertension portale.
Conclusion : La dérivation veineuse splénorénale gauche semble bien pouvoir prévenir de manière significative une augmentation du volume splénique lors d'une duodénopancréatectomie céphalique avec résection veineuse du confluent spléno-mésenterico-porte.
Mots-clés : rate, volumétrie in vivo, veine splénique, veine mésentérique inférieure, veine porte, duedenopancréatectomie céphalique, dérivation splénorénale, hypertension portale.

----------

3 - Antoine SCATTARELLI, Horace ROMAN (Service de chirurgie gynécologique, CHU de Rouen, Rouen, et Clinique gynécologique Tivoli-Ducos, Bordeaux

Les nerfs végétatifs de la fosse pararectale : application à la chirurgie de l’endométriose
rectale

Vegetative nerves within the pararectal fossa : application to the rectal andometriosis surgery
Objectifs : Décrire le plexus hypogastrique inférieur, et les nerfs le constituant, au niveau de la fosse pararectale afin de démontrer l’importance de la maîtrise des connaissances anatomiques dans la chirurgie de l’endométriose rectale.
Matériel et méthodes : Une revue de la littérature a été réalisée afin de décrire l’anatomie d'ensemble de la fosse pararectale. Par ailleurs, une dissection d’un sujet anatomique de sexe féminin a été réalisée, ainsi que des dissections opératoires chez des patientes traitées pour endométriose rectale.
Résultats : Il ressort de la littérature que le plexus hypogastrique inferieur, le nerf hypogastrique, et les nerfs splanchniques pelviens sont les éléments nerveux cheminant dans la fosse pararectale. Ces nerfs ont un rôle dans les fonctions urinaires, digestives, et sexuelles. La dissection des espaces d’Okabayashi et de Latsko au sein de la fosse pararectale et la réalisation de "nerve-sparing" au sein de cette région était l’un des points clés de la prévention des séquelles nerveuses postopératoires lors d’une chirurgie pour endométriose rectale. L’anatomie pelvienne pouvait être remaniée par attraction des structures par des nodules d’endométriose. Les lésions des nerfs parcourant la fosse pararectale pouvaient être responsable de troubles urinaires, digestifs, ou sexuels pouvant altérer la qualité de vie des patientes.
Conclusion : La connaissance de l’anatomie des nerfs cheminant dans la fosse pararectale permet de diriger la dissection opératoire et de prévenir les complications nerveuses postopératoires de la chirurgie pour endométriose rectale.
Mots-clés : plexus hypogastrique inférieur, fosse pararectale, "nerve sparing", endométriose rectale.
--------

4 - Guillaume PERE, Nicolas CARRERE, Victor BENVEGNU, Raphael LOPEZ (Laboratoire d’anatomie, Faculté de Médecine de Toulouse-Purpan, Université Toulouse III, Toulouse, et Service de chirurgie digestive, CHU de Toulouse-Rangueil, Toulouse)
Le sillon du lobe caudé du foie (sillon de Rouvière) : revue de la littérature
Anatomy of the sulcus of the caudate lobe (Rouvière’s sulcus) : review of literature
Introduction : Le sillon/sulcus du lobe caudé (anciennement "sillon de Rouvière" = "incisura dextra de Gans") – structure ne figurant pas dans la Terminologie anatomique internationale actuelle – est un sillon oblique visible sur la face inférieure du foie entre les segments VI et VII. Ce sillon peut présenter plusieurs expressions anatomiques, d’une forme complète à incomplète, et sa description et sa prévalence ne sont pas consensuelles dans la littérature.
Objectifs : Proposer une description anatomique du sillon du lobe caudé et en déterminer la prévalence à partir d'une revue de la littérature.
Matériel et méthodes : Une revue de la littérature a été réalisée, et la classification de Lazarus (2018) a servi de modèle pour la classification des différentes variations.
Résultats : Au total, 12 articles ont été retenus, permettant de collecter des données de 1.970 individus. Le sillon du lobe caudé était retrouvé dans 73,7 % des cas. Le type 1 "Deep sulcus" était la forme majoritaire, observé dans 69,6 % des cas, avec 42,9 % de type 1A ("open") et 26,7 % de type 1B ("close"). Le type 2 "Slit-like" était retrouvé dans 22,0 % des cas, et le type 3 "Scar" dans 3,9 % des cas. Les dimensions moyennes étaient de 26 mm de longueur (+/- 5,7) ; 7,9 mm de profondeur (+/- 1,75) ; et 6,5 mm de largeur (+/- 1,5).
Discussion : Le sillon du lobe caudé contient le pédicule sectoriel postérieur et donne le plan du conduit hépatique droit. Connaître la prévalence de ce sillon a un intérêt pédagogique certain et est également utile lors de la chirurgie hépatique afin de limiter le risque de plaie de la voie biliaire.
Conclusion : Le sillon du lobe caudé représente un repère anatomique incontournable lors de la chirurgie hépatobiliaire et lors de son apprentissage. Connaître cette structure anatomique permet une dissection sécurisée et limite les séquelles chirurgicales, notamment biliaires.

Mots-clés : foie, segmentation hépatique, variation anatomique, sillon de Rouvière, incisure de Gans.

----------
5 - Maxime APARICIO, Alexis GUEDON, Odile PLAISANT (URDIA EA 4465, Anatomie, Université Paris Descartes, Paris)
La tractographie dans l’étude anatomique des faisceaux cérébraux : l’exemple du corps calleux
Tractography for studying brain bundles’ anatomy : corpus callosum’s example

Introduction : Le corps calleux est un faisceau de substance blanche constitué de 200 à 300 millions d’axones de neurones corticaux, permettant la connexion interhémisphérique droite/gauche de la quasi-intégrité des régions corticales. Bien que son existence, en tant que structure individualisée, soit connue depuis Galien, la fonction et les déterminants de la morphologie du corps calleux restent aujourd’hui encore assez mal connus. Une des raisons de cette méconnaissance persistante est que, jusqu’assez récemment, aucun examen d’imagerie médicale ne permettait facilement de visualiser et identifier les faisceaux intracérébraux de manière reproductible in vivo.
Objectifs : Étudier la morphologie du corps calleux par la tractographie.
Méthodes : La tractographie, examen d’imagerie permettant de modéliser les faisceaux de substance blanche à partir d’exploitation de séquences d’IRM, a ouvert un vaste champ d’investigations de l’anatomie des faisceaux et de la substance blanche, délaissée jusqu’alors.

Résultats : La question de la comparaison et de la correspondance qu’il était possible de réaliser pour le corps calleux entre les techniques et de l’apport de la tractographie du point de vue anatomique, n’était pas le seul intérêt des séries anatomiques permises par la tractographie. De multiples facteurs déterminant la morphologie du corps calleux ont pu être identifiés, faisant prendre conscience, qu’au même titre que le génome, l’environnement semblait avoir un rôle important dans la morphologie cérébrale. Des phénotypes spécifiques et reproductibles existaient dans de nombreuses pathologies psychiatriques. On en comprend mieux aujourd’hui l’importance et les évolutions depuis sa mise en place jusqu'à sa sénescence physiologique. La tractographie a permis de réaliser des séries anatomiques d’ampleur nouvelle, permettant la création d’atlas des faisceaux cérébraux, non plus par nécropsie comme Dejerine et Klumpke, mais par modélisation comme du Catani et Thiebaut de Schotten.

Conclusion : De multiples manières, la tractographie est en train de révolutionner l’approche et l’étude de la compréhension de l’anatomie cérébrale et en particulier du corps calleux.
Mots-clés : neuroanatomie, tractographie, encéphale, cerveau, commissures interhémisphé- riques.
Réferences :
1. Dejerine J. Anatomie des centres nerveux. Paris, Masson éd., 1895.
2. Catani M, Thiebaud de Schotten M. Atlas of human brain connections. Oxford Medicine ed., 2012.

> voir également la page Facebook du Collège des professeurs d'anatomie : https://www.facebook.com/collegeprofesseursdanatomie/  

CONNEXION UTILISATEUR

Nous suivre

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 0 utilisateur connecté.

Nos partenaires

Le Campus Numérique d'Anatomie

Site officiel du Collège Médical Français des Professeurs d'Anatomie (CMFPA)

© 2014 campusdanatomie.org © revised 2019 campusdanatomie.org - Mentions légales

Conception : MediaCraft

Nous contacter

Pour toute aide supplémentaire, vous pouvez

nous contacter directement Marjaneh Ghobad: